Iran : la population se félicite de la mort de Soleimani

Publié le 4 janvier 2020.

Maryam Radjavi : l’élimination de Soleimani accélère le renversement du régime
Messages et portraits des dirigeants de la Résistance affichés et distribués en Iran

Les vendredi et samedi 3 et 4 janvier 2020, à la suite de l’élimination du commandant de la force terroriste Qods des pasdaran, Qassem Soleimani, des unités de résistance ont affiché des portraits et des messages de Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, et de Massoud Radjavi, dirigeant de la Résistance iranienne à Téhéran et en province, notamment à Machad, Tabriz, Karadj, Hamedan et dans la province de Khorassan-Razavi.

On pouvait lire sur ces affiches : « L’élimination de Soleimani accélère le renversement du régime », « Le peuple iranien et sa Résistance ont juré de renverser ce régime », «L’Iran sera libéré par le soulèvement et les unités de Résistance », « Soyez certains de la victoire de notre peuple », « Il faut détruire les centres de la milice du Bassidj et des pasdarans », « L’insurrection continue », « Du sang versé par la jeunesse du pays, éclosent les tulipes ».

Source : Conseil National de la Résistance Iranienne

 

 

 

Présidente-élue du CNRI
Prône la liberté, l’égalite entre les femmes et les hommes et pour une république laïque en Iran

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a décrit l’élimination de Qassem Soleimani et Abu Mehdi Muhandes, le chef de la force répressive de Bassij en Irak, comme un coup irréparable pour le régime des mollahs.

Elle a souligné que le moment était venu d’expulser les mollahs de la région, en particulier d’Irak, de Syrie et du Liban, et d’expulser le CGRI de ces pays.

De cette façon, l’Irak, qui avait été livré par les États-Unis au régime clérical sur un plateau d’argent, sera libéré du joug du fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Qassem Soleimani était l’un des criminels les plus vicieux de l’histoire de l’Iran. Il a été personnellement impliqué dans le massacre de centaines de milliers de personnes dans la région et a chassé des millions d’autres de chez eux. Il était également le cerveau du massacre des Moudjahidin-e Khalq (OMPI / MEK) au camp d’Achraf en Irak, et de nombreuses autres opérations terroristes contre la résistance iranienne dans ce pays, en Iran et dans d’autres pays. Avec son élimination, le processus de renversement des mollahs sera grandement accéléré.

De plus, avec la mort du criminel Abu Mahdi al-Muhandis, chef de la force mandataire du régime iranien Bassij en Irak et un meurtrier notoire, dont les crimes étaient dénoncés par la Résistance iranienne depuis deux décennies, le moment est venu pour la victoire du soulèvement du peuple irakien et la libération de l’Irak de l’occupation du régime iranien.

Mme Radjavi a ajouté: Alors que les perspectives de renversement de la théocratie au pouvoir sont à portée de main, il est temps que les forces armées du régime s’abstiennent de tirer sur le peuple iranien, déposent leurs armes et se rendent. Le personnel patriotique des forces armées doit rejoindre le peuple iranien.

Rappelant le martyre d’au moins 1500 enfants du peuple iranien et les interminables arrestations lors du soulèvement de novembre 2019, Mme Radjavi a souligné: La communauté internationale, en particulier l’Union européenne, doit mettre fin à la politique d’apaisement et reconnaître le droit du peuple iranien à résister et se lever pour la liberté de remplacer la souveraineté populaire au lieu de la règle des mollahs.

Iran – A quatre heure et demi du matin le peuple irakien se réjouit de la mort de Qhassem Soleimani

A quatre heure et demi du matin le peuple irakien se réjouit de la mort de Qhassem Soleimani.
De nombreuses familles irakiennes se portent parmi ses victimes.

En déc 2017 dès que les Iraniens ont eu l’occasion ils ont brulé les affiches de Soleimani

En déc 2017 dès que les Iraniens ont eu l’occasion ils ont brulé les affiches de Soleimani chef de la force Qods.
Personnage détesté par la population iranienne en raison des crimes commis
contre les peuples de la région et contre les opposants iraniens.