SYRIE : L’AXE IRANO-SYRO-RUSSE MET EN GARDE ANKARA (DÉBAT)

Mardi 8 octobre 2019

C’est donc fait : après moult hésitations, la Turquie d’Erdogan, largement boostée par les États-Unis passe à l’acte et après avoir occupé le nord-ouest (Idlib), elle met le cap sur le nord-est.

S’il est vrai que l’Amérique de Donald Trump est traitée de traîtresse par les Kurdes de Syrie qui se trouvent une nouvelle fois largués et qu’ils frappent encore à la porte de Damas pour se faire soutenir face au rouleau compresseur turc, il n’en reste pas moins que la Turquie agit suivant une feuille de route US/OTAN. Car, on ne le dit pas assez : quelques 8 000 terroristes ont servi de bouclier aux forces blindées turques quand celles-ci ont franchi les frontières conjointes avant de se diriger vers Manbij, raids aériens à l’appui.

Ayssar Midani, analyste franco-syrienne des questions internationales et Arnaud Develay, juriste international, s’expriment sur le sujet.